Qui est Apollon, dieu de la lumière et des arts ?

Apollon et Mythologie

Apollon est le fils de Zeus et de Léto, une titanide. Fille de Coios et Phoébé, le mythe met en avant le fait qu’elle s’était unie à Zeus avant le mariage de celui-ci avec Héra. Cependant, cela ne lui a pas épargné sa colère, car elle fut poursuivie par la déesse du mariage le long de sa grossesse. Héra avait fait en sorte que le soleil ne brille plus jamais sur la contrée qui l’accueillerait pour son accouchement.

La pauvre Léto, épuisée, fut emportée par Borée, envoyé par Zeus, sur la petite île flottante d’Ortygie. Ortygie était autrefois Astéria, la soeur de Léto, qui s’était métamorphosé en aigle puis en île. Comme Ortygie ne touchait pas la croûte terrestre, elle ne pouvait être qualifiée de « terre », échappant à la sentence de la reine des dieux. Pour assurer sa protection, Poséidon leva une vague, afin de camoufler Ortygie du soleil.

L’accouchement fut des plus périlleux. Héra retenait sa fille, Illythie, la déesse de l’accouchement, afin de l’empêcher de venir en aide à la malheureuse. Au bout de neuf jours, Iris réussit à convaincre la déesse de l’aider, en échange d’un somptueux collier. Certaines versions racontent qu’Artémis était née en premier et qu’elle aida sa mère à mettre au monde Apollon, le Rayonnant.

Qu’importe les versions, l’on remarque un lien tendre et très fort entre Apollon et les membres de sa famille. Lui et sa sœur se sont régulièrement illustrés, en vengeant leur mère des sévices qu’elle avait endurée. Ils n’ont pas hésité à tuer, à coup de flèches, les 50 enfants de Niobé, car celle-ci avait eu l’audace de se moquer de Léto, qui n’avait eu « que » deux enfants. Apollon se débarrassera également de Python, le monstre serpent de Delphes, qui pourchassait sa mère alors qu’elle était enceinte. Il prendra d’ailleurs possession de la ville et un temple sera érigé à son honneur.

C’est également Apollon, qui, ayant pris le parti de Troie lors de la célèbre guerre, envoya la peste sur les Athéniens. Cependant, s’il peut répandre les calamités, il est également associé aux soins et à l’hygiène. Il est le père d’Asclépios, dieu de la médecine. Il est associé à Hygie, la déesse de la santé personnelle et de l’hygiène, qui n’est autre que sa petite-fille. On le vénère également pour son lien fort aux arts (le chant, la musique, la poésie et l’écriture principalement), aux sports et à tous les évènements culturels. Il est souvent représenté auprès des neuf muses et de nombreuses histoires relatent le concours qui l’a entraîné face à d’autres divinités, pour le prix du meilleur artiste. Il est aussi associé à la beauté masculine et à la lumière du soleil, bien qu’il ne soit pas le seul dieu solaire.

Il possède de nombreuses épiclèses : « Hekêbolos », qui vise loin, « Hyperboreos », l’Hyperboréen, « Eukos », le Lumineux, « Sotèr », Le Sauveur, le Purificateur, « Karneios », Protecteur du bétail, «  Phoibos », le Brillant, et tant d’autres, traduisant toute l’importance d’Apollon et de son culte dans la Grèce antique. Il sera également vénéré chez les Romains sous le nom d’Apollon et de Phoebus.

Apollon, dieu des arts

Apollon est un grand protecteur des arts. Conducteur des muses, il détient la lyre d’or, qui produit un son harmonieux qui l’a rapidement séduit. C’est d’ailleurs Hermès qui a créé l’objet, en récupérant une tortue et en utilisant ses boyaux pour réaliser les cordes. Le dieu des messagers avait volé les bœufs qu’Apollon gardait, lors de sa punition divine infligée par Zeus, suite à sa participation lors de la rébellion contre le roi des dieux. Apollon demanda des comptes à son jeune demi-frère, qui jouait tranquillement de son instrument. Séduit par le son de la lyre, il lui proposa un marché : Hermès pouvait garder les bœufs s’il lui céder la lyre. C’est ainsi que ce bel objet doré, produisant des mélodies divines, devint le symbole d’Apollon.

Selon Jacqueline Duchemin, spécialiste de poésie grecque et de mythologie comparée, les prérogatives d’Apollon dans la musique et la poésie se référeraient à sa nature pastorale. Il fut souvent représenté comme gardien des troupeaux, « Karneios », celui qui conduit le bétail. Il inspirerait la nature elle-même, qui se mettrait à « chanter » sur son passage : « chantent les rossignols, les hirondelles et les cigales ». Cet extrait d’Hésiode place au diapason l’art, la musique et la force primordiale, qui anime notre monde d’un flux exaltant, lié à la vie elle-même. La musique n’inspire-t-elle pas les mœurs, ne guide-t-elle pas les émotions ?

Apollon nous apprend à nous dépasser. Si son image de dieu vengeur et exigeant peut faire peur, il porte en réalité un enseignement constructif : l’art est bien plus qu’une lubie, un passe-temps. Nous pouvons apprendre beaucoup de nous-mêmes par la création. La musique nous lie aux éléments, la création développe nos sens. Tel un berger, Apollon nous guide et nous apprend à nous connaître par la force de la nature.

Si vous êtes artiste, il est très intéressant d’apprendre à connaître Apollon. S’il ne reste pas moins un professeur exigeant, il vous poussera vers l’excellence, tout en apprenant à apprécier différentes formes de créations, que vous n’aurez pas découvertes autrement.

Rencontrez Apollon

Dieu de la jeunesse, des sports, de la santé et des arts, Apollon est un patron bienveillant, à la fois implacable et hédoniste, inspiré et père des fléaux. Son aspect dual incarne l’ambiguïté de la vie, la force de l’inspiration, de la nature qui résonne en nous, sous de multiples facettes. Il fut associé plus tardivement au soleil, à l’instar d’Helios.

Si vous voulez partir à la rencontre de cette divinité complexe et passionnante, nous vous proposons une prière, accompagnée d’une courte méditation, que vous pourrez répéter pendant quelques jours. En récitant plusieurs fois cet hymne, vous pourrez initier une approche auprès du dieu, tout en vous mettant au diapason de son énergie artistique.

Ce qu’il vous faut :

- Une bougie jaune ou dorée
- Une branche de laurier
- Un bol d’eau
- Un ruban jaune

Réalisation :

En une journée ensoleillée, installez-vous confortablement, si possible non loin d’une fenêtre donnant accès aux rayons du soleil.  Idéalement, vous pouvez faire un ancrage afin de commencer, afin de bien vous enraciner à la terre. Il est également possible d’ouvrir un cercle, selon vos habitudes.

Lorsque vous êtes prêt, allumez la bougie jaune en disant :

«  Je me présente à vous, dieu Apollon, divinité des arts, de la raison et de la lumière. »

Attrapez la branche de laurier et plongez là dans l’eau. Placez les feuilles sur votre coeur et dites.

«  Je me présente à vous humblement, moi « votre nom », dans l’espoir d’apprendre à vous connaître, afin de travailler avec vous. Mon coeur est plein de bonnes intentions et souhaite s’élever dans votre lumière. »

Placez ensuite les feuilles sur votre front.

«  Mon esprit est prêt à briller, à suivre votre enseignement. »

Prenez le temps de formuler ce que vous souhaiterez apprendre auprès d’Apollon. Voulez-vous devenir un meilleur musicien ? Un bon sportif ? Un peintre doué ? Un danseur talentueux ? Énoncez clairement votre volonté, puis fermez les yeux et imaginez-vous en train de réaliser votre art, de manière fluide et éloquente.

Ensuite, ouvrez les yeux et récitez cette prière. Ces mots peuvent être modifiés à votre guise, afin de s’adapter à votre vision de la spiritualité.

«  Divin Apollon

Dieu des arts, porteur de la lyre

Pourfendeur de Python,

Toi qui souffles tes mots par l’oracle

Toi qui guides les êtres humains

Leur enseigne la raison

La médecine et les arts,

Pouvez-vous guider mes pas,

Que je puisse avancer sous votre protection »

À nouveau, prenez le temps de profiter de l’instant. Vous pouvez à nouveau fermer les yeux, ou tout simplement admirer le ciel, l’espace de votre salon. Chaque élément autour de vous peut délivrer un message, laissez-vous guider.

Lorsque vous vous sentirez prêt, attachez le ruban jaune autour de votre poignet gauche, si vous désirez mettre en avant l’émotionnel et la passion, qui peut s’exploiter dans diverses œuvres, ou le raisonnement et la logique, avec le poignet droit. Prenez le temps de remercier Apollon. Vous pouvez refermer le cercle, si vous l’avez créé au préalable, et reprendre le cours de votre vie.

Au fur et à mesure que vous réaliserez cette prière, n’hésitez pas à noter ce que vous avez ressenti. Avez-vous perçu des signes d’Apollon ? Vous a-t-il envoyé un message ? Notez tout ce qui dénote, même si cela semble anodin. Avec le temps, certains messages paraissent plus clairs.

Cet article vous a été proposé par Aspasia Pontia et Autel des Brumes.

Catégories Encyclomagie

Produits en lien :

  • Commentaires

Laisser un commentaire

Articles similaires